Culture & universalisme s’associe pleinement au communiqué du comité scientifique de la DILCRAH en faveur de la liberté d’expression et du respect du débat

Nous reproduisons le communiqué

« Pour la liberté d’expression et de réunion »

Nous assistons depuis quelques années, en France, à une dangereuse dégradation du débat public, entre autres sur des thématiques relevant des domaines de compétences du conseil

scientifique de la Dilcrah. Violences symboliques, souvent accompagnées de violences physiques, ne cessent de se répéter entrainant dans le même mouvement un rétrécissement

significatif des espaces d’échanges et de controverses nécessaires à l’intérêt général. Les situations dans lesquelles les conditions d’un débat démocratique ont été délibérément

empêchées sont de plus en plus fréquentes. Des membres du conseil scientifique de la Dilcrah, eux-mêmes, ont pu être empêchés d’intervenir ou encore piégés par des soi-disant enquêtes journalistiques.

Nous, membres du conseil scientifique de la Dilcrah, condamnons fermement toute entrave à la liberté d’expression et de réunion, d’où qu’elle vienne. En aucun cas une conviction

ou un argument ne doit s’imposer par l’intimidation ou la menace. Dès lors qu’aucun trouble à l’ordre public n’est commis ou, a fortiori, que les propos tenus ne constituent pas un délit, il

n’y aucune raison d’interdire une prise de parole publique ou l’expression d’une position. C’est la condition première pour qu’une société démocratique digne de ce nom puisse exister.

La liberté d’opinion et l’égalité des droits sont des principes fondamentaux qui doivent impérativement être respectés. C’est cette conception du débat public que le conseil scientifique

de la Dilcrah défend ; d’abord en son sein, mais aussi dans les groupes de travail mis en place à son initiative, qui auditionnent avec méthode et respect du pluralisme des acteurs individuels et collectifs sur les questions qui intéressent les membres du CS.

La libre expression de la contradiction est au fondement du débat démocratique et doit en demeurer la condition absolue. L’anathème ou l’excommunication ne sauraient s’y

substituer.

SIGNATAIRES par ordre alphabétique:

Marie-Anne Matard-Bonucci

Jean-Yves Camus

Emmanuel Debono

Valérie Igounet

Ferdinand Melin-Soucramanien

Marie-Rose Moro

Gérard Noiriel

Smaïn Laacher

Denis Peschanski

Iannis Roder

Paul Salmona

Jean-Fédéric Schaub

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :